in

Evan Rachel Wood : l’actrice accuse son ex-compagnon Marilyn Manson d’agressions sexuelles

Publicité

Ce lundi 1er février sur Instagram, l’actrice Evan Rachel Wood a publié un court message dans lequel elle accuse son ancien compagnon Marilyn Manson d’agressions et de violences sexuelles.

Une histoire rocambolesque

À trente-trois ans, Evan Rachel Wood a tourné avec certains des cinéastes les plus connus que compte Hollywood. Elle commence sa carrière en 1998 dans Digging to China de Timothy Hutton mais c’est son interprétation de Tracy Freeland dans Thirteen de Catherine Hardwicke en 2003 qui la fait connaître du grand public. Suivront notamment Across the Universe de Julie Taymor en 2007, The Wrestler de Darren Aronofsky en 2008, Whatever Worksde Woody Allen en 2009 et Les Marches du pouvoir de George Clooney en 2011. Sur petit écran, elle s’illustre avec talent dans la mini-série Mildred Pierce réalisée par Todd Haynes puis dans les trois saisons de Westworld. C’est d’ailleurs en assurant la promotion de la série auprès du magazine Rolling Stones qu’elle avait déclaré avoir été violée à deux reprises : «Je ne crois pas que nous vivons une période où nous puissions rester silencieux plus longtemps, surtout vu l’état dans lequel le monde évolue avec cette bigoterie et ce sexisme de plus en plus flagrants », avait-elle écrit aux journalistes. Au mois de mars 2018, elle avait également témoigné des violences sexuelles qu’elle avait subies devant le Congrès des États-Unis : « Voici mon expérience des violences domestiques : des rituels tordus où on m’attachait les mains et les pieds pour me torturer mentalement et physiquement jusqu’à ce que mes agresseurs estiment que je leur avais suffisamment prouvé mon amour. Attachée, battue, on m’insultait. J’avais vraiment l’impression que j’allais mourir…» Un témoignage glaçant auquel elle vient d’apporter de nouvelles informations. Dans un message publié sur Instagram ce lundi 1er février, elle explique ainsi avoir été agressée sexuellement par son ex-compagnon Marilyn Mansonpendant de longues années : « Le nom de mon agresseur est Brian Warner, également connu dans le monde entier sous le nom de Marilyn Manson. Il a commencé par gagner ma confiance lorsque j’étais adolescente et a horriblement abusé de moi pendant des années. J’ai subi un lavage de cerveau et été manipulée afin de me soumettre » écrit-elle tout d’abord, « J’en ai fini de vivre dans la peur de représailles, de la calomnie ou du chantage. Je souhaite dénoncer cet homme dangereux et interpeller les nombreuses industries qui l’ont laissé faire avant qu’il ne ruine d’autres vies. Je suis aux côtés des nombreuses victimes qui ne se tairont plus»

Publicité

Très engagée, l’actrice avait créé le Phoenix Act en mai 2019, un projet de loi permettant aux victimes d’agressions sexuelles de porter plainte non plus trois, mais cinq ans après les faits. Comme le rappelle la grand reporter de 20 Minutes Aude Lorriaux sur Twitter : « Evan Rachel Wood avait révélé avoir entre autres subi « des menaces de mort, des brûlures au gaz, du lavage de cerveau ». On sait désormais qu’elle parlait de Marilyn Manson. Quand je pense que Marilyn Manson avait pu déclarer publiquement en 2009 sans souci qu’il avait appelé 158 fois l’actrice le jour de leur séparation et qu’il « fantasmait tous les jours sur le fait d’écraser son crâne avec un marteau », on a une idée de la permissivité de l’époque. » Heureusement que les temps changent, comme le chantait si bien Bob Dylan.

Publicité
Publicité